L’histoire du poireau…


Poireau

Le poireau est une plante potagère bisannuelle issue d’une variété d’ail originaire du Proche-Orient. Déjà cultivé par les Egyptiens, on dit que le pharaon Kheops offrait des bottes de poireaux pour récompenser ses meilleurs guerriers.

Les Romains en consommaient en grande quantité. Néron, qui en mangeait pour s’éclaircir la voix, fut surnommé le « porrographe ». Ces mêmes Romains l’introduisirent en Grande-Bretagne où il constitue le « légume national » gallois. Ce lien remonte à Saint David (VIème siècle), saint patron du Pays de Galles, qui aurait ordonné à des soldats combattant les Saxons de le porter afin de se reconnaître entre eux.
En France, durant des siècles, il forma la base des soupes sous le nom de « porreau » ou « pourreau » qui devint le poireau au début du XIXème siècle.

Légume d’hiver par excellence, le poireau résiste très bien au froid. Pourtant, grâce à différentes variétés, il est cultivé toute l’année.

Bienfaits
L’association d’un faible apport calorique et d’une forte teneur en vitamine et minéraux, donne au poireau une bonne densité nutritionnelle. Il contribue ainsi à la couverture de nos besoins en certains micro-éléments sans risque d’excès énergétique.

Le poireau est riche en pro-vitamine A et en vitamines C et E qui ont un effet protecteur anti-oxydant sur nos cellules. Le poireau a donc un rôle préventif dans l’apparition de certains cancers.

La présence de glucides spécifiques, et un rapport potassium/sodium élevé, lui donne des propriétés diurétiques indéniables. Pris sous forme de bouillon notamment, il facilite l’élimination rénale.

Enfin, grâce à sa teneur élevée en fibres, il régularise le fonctionnement intestinal.

Dégustation
Il faut le choisir bien frais, lisse, de couleur soutenue, avec le feuillage dressé. La grosseur du poireau n’est pas un indicateur de sa tendresse.

Il peut être conservé 5 jours dans le bac à légumes du réfrigérateur. Cuit, il peut se conserver 2 jours de plus dans un récipient fermé. Le poireau peut également se mettre au congélateur (dans ce cas, il faut le blanchir quelques minutes à l’eau bouillante, le passer sous l’eau froide, l’égoutter, puis le mettre dans un sachet).

Le poireau peut être cuit à la vapeur une quinzaine de minutes ou blanchi à l’eau bouillante salée. Il se déguste ensuite froid à la vinaigrette ou à la mayonnaise ; chaud en accompagnement de viande ou de poisson ; ou en gratin, avec une sauce blanche ou une béchamel.

Le poireau peut aussi être braisé (il s’agit de le faire « fondre » à four doux) avec du beurre ou un fond de bouillon. Il entre dans la composition des tartes, flamiches et potages d’hiver.
Enfin, on peut utiliser ses feuilles vertes dans un bouquet garni ou faire macérer une rondelle de poireau cru dans de l’huile ou du vinaigre pour parfumer la vinaigrette.

vert-de-poireaux

Publicités

2 réflexions sur “L’histoire du poireau…

  1. Pingback: Ma soupe de (verts de) poireaux | Lilou's Delices

  2. Pingback: Ma fondue de poireaux | Lilou's Delices

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s